Fonderie sous pression à chambre froide

La fonderie sous pression à chambre froide est idéale pour les métaux comme l’aluminium, qui possèdent une température de fusion élevée. Au cours de ce procédé, le métal est liquéfié dans un four à des températures extrêmement élevées, puis versé dans une chambre froide grâce à une poche de coulée pour être injecté dans le moule. 

Les composants de base de la machine de fonderie sous pression à chambre froide

Au cours de la fonderie sous pression à chambre froide, la charge en fusion (qui comprend plus de matière que nécessaire pour remplir le moule) est versée depuis le creuset dans un conteneur grâce à une poche de coulée, où un piston à commande hydraulique injecte le métal dans le moule. La matière excédentaire sert à forcer plus de métal à rentrer dans l’empreinte afin de compenser la contraction qui a lieu au cours de la solidification.

Les principaux composants d’une machine de fonderie sous pression à chambre froide sont montrés ci-dessous. Ce type de machine permet d’obtenir des pressions d’injection de plus de 70 000 KPa (10 000 psi).

Séquence de fonctionnement du procédé de fonderie sous pression à chambre froide

Le moule est fermé et le métal en fusion est versé grâce à une poche de coulée dans le conteneur de la chambre froide.

Le piston injecte le métal en fusion dans l’empreinte du moule, où il est maintenu sous pression jusqu’à ce qu’il se solidifie.

Le moule s’ouvre et le piston avance pour s’assurer que la pièce coulée reste prise du côté du bloc mobile. Les noyaux se rétractent, le cas échéant.

Les éjecteurs poussent la pièce coulée pour la faire sortir du demi-moule mobile et le piston reprend sa position initiale.

 

©2020 Dynacast. Tous droits réservés

Dernière mise à jour 04.24.2020