Fonderie sous pression à chambre chaude

La fonderie sous pression à chambre chaude peut être utilisée pour le zinc, pour le magnésium et pour d’autres alliages à bas point de fusion grâce à notre outillage exclusif multi-coulisseaux ou à un outillage conventionnel. Le procédé à chambre chaude est idéal pour les métaux qui n’attaquent pas et n’érodent pas facilement les pistons, les cylindres et les creusets métalliques.

Séquence de fonctionnement de la fonderie sous pression à chambre chaude conventionnelle

Le moule est fermé et le piston se soulève en dégageant la lumière, ce qui permet au métal en fusion de remplir le cylindre.

Le piston masque ensuite la lumière et injecte le métal en fusion à travers le col de cygne et la buse dans l’empreinte du moule, où il est maintenu sous pression jusqu’à ce qu’il se solidifie.

Le moule s’ouvre et les noyaux, s’il y en a, se rétractent. La pièce coulée reste prise dans une seule moitié du moule, côté éjecteur. Le piston revient alors en position initiale, permettant au métal en fusion restant de repartir à travers la buse et le col de cygne.

Les éjecteurs poussent la pièce coulée pour la faire sortir du bloc mobile. Lorsque le piston dégage la lumière de remplissage, le métal en fusion coule à travers celle-ci pour remplir à nouveau le col de cygne.

 

©2020 Dynacast. Tous droits réservés

Dernière mise à jour 04.24.2020